BRUTAL BEAUTY
SHOKY VAN DER HORST

En qualité de photographe de mode, l’artiste côtoie depuis longtemps la beauté et ses normes, telles qu’elles sont préconçues. A travers BRUTAL BEAUTY, Shoky Van der Horst dévoile une autre sensibilité, sans arti ces, captant la beauté dans son état premier. Une beauté brute vue par le prisme du même regard que l’artiste applique à l’univers du luxe.

Cette série dévoile les trésors d’un monde délaissé et nous livre les obsessions visuelles de l’artiste, trouvant résonance dans une esthétique visuelle «wabi-sabi», telle que l’expriment les Japonais pour décrire un concept esthétique ou une disposition spirituelle.

Après une exposition retentissante à la prestigieuse galerie CHAUSSEE 36 à Berlin et en parrallèle d’ART PARIS présenté au Grand Palais, l’artiste expose quelques jours, avenue Matignon, chez Earth Gallery, non loin de la manifestation.

Se heurter à l’esthétique de la matière brute, c’est l’expérience proposée par la photographe. Ses œuvres sont le re et d’une émo- tion ressentie par un objet ou une forme anonyme sacralisée. Le Beau n’est ici pas mis en scène et en une fraction de seconde au travers d’une faille, d’une usure, d’une patine, d’un élément ébauché naturel ou fabriqué il nous touche.

« La beauté se révèle dans l’imprévu ».

En effet, l’oeil généreux de Shoky nous permet d’appréhender et de voyager dans un univers oublié et pourtant bien présent autour de nous. Visuellement, des structures graphiques apparaissent au delà de ce que l’homme avait imaginé, un lien étrange ce tisse avec ces œuvres, celui de leur silence. L’objectif s’amuse à brouiller l’identité et l’âge de ce qu’il capte et dément l’usage premier du matériau. La rencontre du vieux et du neuf, du brut et du luxe apparaît alors comme le lieu d’une prolifération de sens possibles, dans lequel il reviendra à l’œil seul du spectateur qui cherche à le voir.


Share
Share on FacebookTweet about this on Twitter